Posts Tagged ‘tennis’

Une idée, une couleur, le tour est joué !

23 janvier 2009

Voilà un très bel exemple de communication : l’idée est tellement évidente que l’affiche peut se passer de tout « effet » graphique pour se contenter d’une simple illustration monochrome, et il n’y a même pas de slogan !

pub-fedcup

La couleur rose est spécifique à tous les tournois de la Fed Cup, l’équivalent féminin de la coupe Davis. Cette couleur habille la communication et tous les panneaux au bord du terrain, permettant ainsi de reconnaître le tournoi à la télévision dès le premier coup d’œil.

Je rappelle en même temps que le premier tour de la Fed Cup 2009 aura lieu à Orléans, où la France affrontera l’Italie, au Palais de Sport les 7 et 8 février 2009.

Rattrape-la si tu peux !

29 septembre 2008

La dernière semaine d’octobre et jusqu’au 2 novembre se déroulera à Bercy un tournoi de tennis à la communication innovante. Pour faire face à une période pas forcément propice (fin de saison, public pas au rdv en période de rentrée scolaire), les organisateurs de ce BNP Paribas Master ont misé sur l’originalité.

Vous pouvez le découvrir sur rattrapelasitupeux.com : vous trouverez les infos sportives bien sûr, mais aussi un système de « happy hour » où vous pouvez obtenir des places à prix réduit. Vous trouverez aussi un petit jeu où vous devrez mettre en pratique votre adresse à rattraper les balles.

C’est ce qu’on appelle un « advertgame », prétexte à vous faire venir sur le site et à propager du buzz autour de vous. Et c’est sur ce mini-jeu qu’est basé la campagne de communication, avec ce nom accrocheur « Rattrape-la si tu peux ».

L’événement sport de mon week-end : l’Open d’Orléans

15 septembre 2008

J’ai pu assister à quelques matches de l’Open d’Orléans, qui se déroulait la semaine dernière au Palais des Sports, et qui a vu la victoire de Nicolas Mahut face à Christophe Rochus, alors que le Chypriote Marcos Baghdatis était attendu. Un plateau assez relevé pour cette 4e édition, qui porte maintenant le titre d’ « Internationaux de tennis » et qui a réussi à accéder au niveau de « ATP Challenger Series ».

Parfois présenté comme le plus haut événement sportif en région Centre, je dois dire que le tournoi tient son rôle, alors qu’il en est à sa 4e édition seulement. Plusieurs institutionnels et surtout un grand nombre d’entreprises locales sont partenaires de l’épreuve, ce qui permet d’offrir 125 000 euros de gains aux joueurs, et d’en faire le 6e tournoi français.

Malgré une affiche aux couleurs pas vraiment engageantes (et qui pourrait laisser croire que le tournoi se déroule sur terre battue), un logo pas du tout typé sport et qui s’adapte très mal aux contraintes de visibilité sur tous les supports (les kakémonos sur fond blanc qui tapissent la ville passent totalement inaperçus), et une mise en scène désastreuse aux abords du palais de sports (bâche orange qui couvre à grand peine les travaux, arche gonflable sinistrement blanche, signalétique inadaptée…), ça se passe mieux une fois entré. L’accueil est agréable, les bénévoles efficaces, les partenaires sont présents sur de petits stands, et les zones « vip » sont agréables. L’accès au places est bien géré, et la magie du sport opère une fois installé.

Cet Open d’Orléans a fière allure, et la progression voulue par Didier Gérard devrait pouvoir continuer, en améliorant notamment la qualité de l’image de l’événément.

Merci à Jordan d’Elysean Patrimoine, partenaire de l’Open d’Orléans.

Le crocodile en pleine forme

29 mai 2008

Lacoste a profité du tournoi de Roland Garros pour célébrer le 75e anniversaire de son existence. Et pour marquer le coup, la marque au crocodile a lancé un très beau site événementiel, orienté vers le futur du tennis, et de la marque.

Le message se résume en quelques mots : depuis maintenant 75 ans, Lacoste est synonyme d’élégance et d’innovation sur les courts de tennis ; et il en sera de même dans 75 ans. La marque nous montre en vidéo sa vision du tennis en 2083.

Parfois il suffit d’une communication bien préparée et axée sur le sponsoring (avec visuellement pas mal de talent), pour qu’une marque « pépère » arrive à convaincre tout le monde qu’elle est innovante et futuriste !

Yannick et Mats sont sur un bateau…

28 mai 2008

25 ans déjà que Yannick Noah devenait le tennisman français le plus célèbre, en s’imposant en finale de Roland Garros. Un anniversaire comme celui là ne pouvait échapper aux hommes du marketing du Coq Sportif, qui ont organisé un match exhibition entre Yannick Noah et Mats Wilander, à Paris… sur une péniche !

Rematch on the Coqboat

Un nouveau coup d’éclat pour la marque française qui n’en finit pas de revivre. On trouve même en boutique une réédition de la tenue portée par Noah en 1983 ! Sous l’impulsion de Robert Louis Dreyfus (aussi Président de l’OM) et d’Antoine Sathicq (CEO, ancien DG d’Adidas France), la marque est ressortie de l’oubli en 2006 en prennant comme embassadeurs Yannick Noah, Jean-Pierre Rives, Sébastien Loeb, Tom Boonen et Frédéric Michalak. Excusez du peu !

Avec de superbes campagnes d’affichage et des clip publicitaires pleins d’humour (voir Noah VS Loeb), voilà comment le sponsoring permet à une marque disparue il y a encore deux ans, de devenir la marque la plus tendance du sportswear.

Roland Garros arrive…

20 mai 2008

Dès dimanche commence le plus beau tournoi de la saison sur terre battue. Comme chaque année, l’affiche officielle a été confiée à un artiste.

C’est Arnulf Rainer, 78 ans, qui s’y est collé cette année. Peintre autrichien renommé à l’échelle mondiale pour son art informel abstrait, il a produit une œuvre… abstraite. On peut y reconnaître la célèbre couleur de la terre battue habillée de stries symbolisant le mouvement des joueurs, ou pas…

L’art et Roland Garros, c’est une longue tradition. On peut tout de même se demander s’il n’y a pas un problème de cohérence : prendre un tableau abstrait, d’un artiste inconnu du grand public, donc forcément élitiste (comme le tournoi), et le coller sur des milliers de t-shirts pour faire du merchandising de masse… ne me semble pas très respectueux de l’artiste et de son œuvre. Surtout que le résultat est d’une fidélité très très moyenne…