Posts Tagged ‘look’

Les chinois roulent français

28 août 2008

Aux JO de Pékin, l’équipe chinoise de cyclisme était équipée par Look, le fabricant français de vélos en carbone. Ce qui à permis à Guo Shuang de décrocher mardi 19 août la médaille de bronze de la vitesse dames de cyclisme sur piste.

La haute technologie du fabricant basé à Nevers était particulièrement bien représentée, avec les équipes de France, Chine, Japon, Canada, Pologne, Russie et Cuba ! Pour l’occasion, le vélo Look 496 Pékin avait été mis au point tout spécialement pour les épreuves de vitesse, et à remporté 5 médailles, dont 3 pour la France.

Le Look 496 Pékin utilisé par l’équipe de France (ci-dessus) et par l’équipe de Chine (voir photo plus haut), Création Agence 360 – www.agence-360.com avec l’aide d’Oliv’graphicdesign.

Réalisation : Tribute to Mondrian

4 juin 2008

Le logo Look est inchangé depuis plusieurs décennies. Avec ses couleurs primaires et ses lignes noires, il fait référence au travail de Piet Mondrian, peintre hollandais, pionnier de l’abstraction, devenu célèbre avec ses œuvres dans les années 20 à 40. Certains trouvent ce logo définitivement ringard, d’autres, comme moi, pensent que c’est un héritage fabuleux à valoriser. C’est ce qu’à décidé de faire Look Cycle avec cette série spéciale :

Création Agence 360 – www.agence-360.com – photos Ken Conley

Ce nouveau cadre 586 en carbone monobloc utilise tout le savoir faire de Look pour apporter rigidité et confort. Seulement 50 exemplaires numérotés sont prévus, et vont s’arracher sur le marché américain (environ 5000 $ le vélo complet) ! Plus d’infos sur www.lookcycle.com

Je suis très fier du travail réalisé avec l’équipe de 360, agence de design de Look, qui signe cette création. Le rapport entre les formes très élancées et travaillées du cadre, et le zones de couleurs brutes font de ce vélo un objet assez désirable, qui rend hommage à la marque et à son style Mondrian, ainsi qu’aux belles années Look au Tour de France, avec l’équipe La Vie Claire, en 1986.

L’événement sport de mon week-end : un peigne et un rasoir pour Sébastien Loeb !

12 mai 2008

Une polémique totalement improbable est née pendant ce long week-end à propos du look de Sébastien Loeb. Faut-il le rappeler, le garçon est 4 fois champion du monde des rallyes WRC, et recordman du nombre de victoires. Ce qui lui vaut de passer très souvent sur les podium et à la télévision…

A l’occasion d’une de ses dernières victoires, au rallye du Mexique (photo ci-dessous) Surinder Thatthi, membre de la FIA en tant que président de la CACMS, la Confédération des pays africains dans le sport automobile, à fait part de son impression : «Je me dois d’exprimer mon opinion à propos du piètre passage de Sébastien Loeb à la TV lors de l’arrivée du rallye du Mexique. Il n’était pas rasé, dépenaillé avec une chevelure négligée ! (…) Quand la FIA lui donne une couverture TV globale vers des millions de téléspectateurs et d’enfants dans le monde, il est un héros et un modèle (…) Je sais que chacun est autorisé à un degré de liberté personnelle, mais il me semble qu’il va trop loin et que quelqu’un devrait lui parler, ou parler à son équipe.»

Enorme ! Pour passer à la télé, merci d’être beau, bien habillé et en bonne santé !

Face à cette réaction assez incroyable, la réponse de Simon Long, le patron d’ISC (International Sportsworld Communicators, la société détentrice des droits commerciaux et de retransmission du WRC) est rassurante : c’est «la belle apparence de dur» du Français qui a fait son succès, attirant un nouveau public et les jeunes, que le rallye est un sport «réel et rugueux», et que «dans le cadre du repositionnement du produit et de la façon dont nous projetons nos héros», ce serait une «erreur de demander aux pilotes d’êtres toujours propres sur eux».

Quand on connaît un tout petit peu Sébastien Loeb, on sait que son look n’exprime rien d’autre que sa vraie personnalité : simple, naturelle, sans prise de tête ! Et c’est ce qui plait à son équipe, à ses sponsors, et aux fans de rallye.

Tous les détails de cette polémique sur le Figaro.fr