Archive for octobre 2008

Once upon a time…

30 octobre 2008

Chez Adidas, on fait vibrer la corde historique, avec ce joli petit clip qui nous raconte l’histoire de Adi Dasler, le créateur de la marque aux trois bandes. En marketing, on appelle ça du « Story telling », pour expliquer que la marque a une grande et belle histoire de conte de fées.

Publicités

Nouvelle identité pour la coupe de l’UEFA

28 octobre 2008

La saison prochaine, la coupe de l’UEFA laissera place à l’Europa League.  La « petite » coupe (par opposition à la Champions League) se dote d’un nouveau nom et d’un nouveau logo.

Le communiqué de presse est vraiment très clair : « Le nouveau nom et le nouveau logo permettront de souligner le caractère bien particulier de cette compétition ainsi que son charme sportif unique. Ce nouveau format va encourager les équipes des pays émergents ou les équipes dites plus petites à remettre en question l’ordre établi. La nouvelle identité va tenter de retranscrire cela. »

Mouai. On est convaincus.

Budget sponsoring : que faire de ses millions ?

23 octobre 2008

C’est la crise, nous dit la télé. Alors profitons-en pour parler budget. Certains en doutent encore, mais le sponsoring amène un bon retour sur investissement. Lorsqu’il est bien mené, bien sûr, et ne résulte pas uniquement de la volonté du patron de se faire plaisir le week-end.

Par exemple, BNP Paribas s’investi dans le tennis depuis 30 ans, auprès de l’Open de France, de Roland Garros, de la FFT, de la coupe Davis et du Master ATP de Bercy. Tout ça pour un billet estimé à 20 millions d’euros. Résultat : la banque est le sponsor du tennis le mieux mémorisé par les Français, et surtout c’est le premier sponsor le mieux mémorisé (33%), toutes disciplines confondues*.

*Source : Stratégies n°1489, Sportlab Group-Sportimat2007.

Si vous avez quelques millions, mais que la place est déjà prise par BNP, voici d’autres idées de budgets :

Dans le football :
– Maillot de l’OM : 6 à 8 Millions d’euros/an (Neuf/Direct Energie)
– Maillot de l’OL ou du PSG : 4 à 6 Millions d’euros/an
– Maillot des arbitres de Ligue 1 : 1,5 Millions d’euros/an (But)

Les grands clubs étranger font beaucoup mieux :
– Maillot de Manchester United : 21 Millions d’euros/an (AIG)
– Maillot du Bayern Munich : 20 Millions d’euros/an (T-Home)

Chez les équipementiers aussi c’est la bagarre :
– Equipementier maillot de l’Equipe de France de rugby : environ 5 Millions d’euros/an (Nike)
– Equipementier maillot de l’Equipe de France de foot : environ 10 Millions d’euros/an (Adidas) et 42 Millions d’euros/an à partir de 2011 (Nike)

Dans le cyclisme, les retombées des sponsors français sont bien évidemment boostées par le Tour de France :
– Equipe Continental Pro : 3 à 4 Millions d’euros/an (Agritubel)
– Equipe Pro-Tour : 6 à 7 Millions d’euros/an (Bouygues Telecom, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole)
– Ville départ du Tour de France : 10 Millions d’euros (Londres 2007)

Dans la voile, les budgets ne sont pas annuels, mais pour 4 à 5 ans :
– Maxi-trimaran Banque Populaire : 10 Millions d’euros
– Team Oracle BMW (America’s Cup) : 130 Millions d’euros
– Monocoque PRB (Vendée Globe, Route du Rhum…) : 2,5 Millions d’euros

Enfin, les plus gros budgets sont investis en Formule 1, reine du sport business :
– Top sponsor : compter 50 millions d’euros/an (Vodafone, ING)
– Partenaires officiel : de 3 à 15 millions d’euros/an
– Budget complet d’une écurie par saison : environ 330 millions d’euros (Renault F1 Team)

Bien sûr, tous ces chiffres sont variables, en fonction de l’actualité, des résultats, des compétitions à venir, et de l’offre et la demande. De plus, investir un gros billet pour s’offrir de la visibilité dans le sport, mais ne pas avoir les moyens de le faire savoir ne donne rien : il faut donc prévoir que pour 1 euro investi dans le sponsoring, 1 euro doit être investi dans la communication de ce partenariat.

Quand la culture se met au sport (ou plutôt l’inverse…)

20 octobre 2008

Tours a accédé à Ligue 2 de football cette saison. Accompagnant cette dynamique sportive, de belles actions se mettent en place autour du club, dont celle prévue pour le match de ce soir, lundi 20 octobre.

Le club de Tours FC et le Musée des Beaux-Arts de Tous proposent une action croisée : lors du match, les joueurs arboreront un maillot inédit montrant à la place des traditionnels sponsors le détail d’une œuvre de 1750, en référence à l’exposition « La volupté du goût – la peinture française au temps de Madame de Pompadour » en ce moment au musée de Tours.

Pour compléter cette action, les 12 000 spectateurs attendus ce soir pourront se rendre gratuitement au musée en présentant leur billet de match !

Dernière touche à cette opération : mise en avant du respect, notion en voie de disparition dans le football. En effet, le maillot du Tours FC portera quelques marques « sang et or », les couleurs du RC Lens, leur adversaire du soir.

Envie d’en savoir plus ? Rendez-vous sur le site du club, ou dès ce soir en tribunes !

Voilà pour le discours officiel, à souligner tant il fait preuve d’ouverture, de cohérence, de la volonté de la ville et de ses acteurs de se soutenir mutuellement, et qu’il fait la part belle à d’autres valeurs que le business à tout prix.

Maintenant, voilà mon avis : ce maillot est hideux. Rien de moins. « La volupté du goût » disent-ils… dommage de n’avoir pensé à aucun des deux en mettant en place ce « placard » au milieu du maillot. Cette opération est en tout point remarquable, y compris visuellement ! Ça va peut-être faire réfléchir un peu les « footeux », mais certainement pas réconcilier les puristes de l’art avec le sport. L’ange de Jean-Baptiste-Marie PIERRE doit se demander ce qu’il fait là, participant bien malgré lui à la disharmonie colorée de ce maillot, très très très joliment servie par les damiers jaune et rouge… C’est l’intention qui compte, dirons-nous.

Merci à Eric Breton pour l’info.

Abarth : une légende reprend vie

19 octobre 2008

Tombée commercialement dans l’oubli pendant pas mal d’années, la marque Abarth renaît de manière éclatante grâce au groupe Fiat, qui en a fait son porte étendard sportif.

Depuis 2007 et le lancement de la Grande Punto Abarth, la marque a sorti toute l’artillerie marketing pour montrer son renouveau et renouer les liens avec son histoire. Lors de la présentation presse, les nouvelles 500 Abarth étaient cachées sous des bâches imprimées à l’image de l’ancienne Abarth : clin d’œil au passé, et mémoire immédiatement réactivité chez les passionnés. La marque au scorpion s’appuie également sur la compétition pour développer son image. A peine révélée, la Punto Abarth a participé à une démonstration sur glace (Ice Rally Sestrière), puis la version course S2000 a participé à la Race of Champions, avant de batailler en championnat d’Europe des Rallyes IRC. La marque s’est même offert une décoration spéciale de la moto de Valention Rossi.

Aujourd’hui, c’est la 500 Abarth qui affole les podiums du mondial de l’auto, équipée du kit « esseesse » et  de sa version « assetto corse ».

Surfant sur tous les canaux de communication, Abarth a conçu des vidéos exclusivement dédié au web pour son retour en France :

Des opérations marketing bien menées, une marque mythique, servie par un habillage graphique percutant et soigné : du grand art !

Marre du foot ?

15 octobre 2008

Les prestations calamiteuses des joueurs et/ou du public (voir l’ouverture de France/Tunisie) font que vous en avez ras le bol du foot ? Essayez autre chose :

Ambiance chaleureuse au bord des routes…

10 octobre 2008

Ce dimanche, ce sera Paris-Tour :

« Le grand souffle de l’automne » promet l’accroche… En effet, c’est une image glaciale qui passe devant nous, sans faire trop de bruit. Le ciel d’automne est bien là, avec ses feuilles mortes, et son air de dire « Venez vous geler aux bord des routes, pour voir passer un peloton d’inconnus, qui se vont finir au sprint ». Ca y est, je suis enrhumé… Pas très alléchant.

L’idée de vouloir changer par rapport aux grands principes de la communication sport est louable. Mais la poésie et la compétition ne font pas ici très bon ménage ; et à trop vouloir s’éloigner des codes graphiques du sport, ne loupe-t-on pas finalement le message ?

Pour mémoire, ci-dessous l’affiche de la 100e édition, qui avec la même idée avait réussi à faire plus simple, plus clair et donc plus efficace.

Merci à Seb de Sportsandmarks.

The big decision

8 octobre 2008

Sport et humour ne se retrouvent pas uniquement dans les bêtisiers de fin d’année. La preuve avec ce très beau clip qui met en scène Nicola Sanders. L’athlète britannique, spécialiste du 400 m, s’est consacrée au sprint plutôt qu’aux haies pour cause de blessures à répétition, et est devenue championne d’Europe. C’est l’histoire que nous conte cette pub pour Nike Women :

Fête Européenne du Sport sur le Champ de Mars

3 octobre 2008

Dimanche 5 octobre, c’est au pied de la Tour Eiffel que va s’installer le village Européen du Sport. La France profite de sa présidence européenne pour montrer son attachement au sport.

Tout au long de la journée vous pourrez vous essayer à de nouveaux sports, voir les fédérations, et surtout rencontrer quelques grands sportifs européens.

Aucun nom de sportif participant n’a été révélé, et le site UE2008.fr n’en dit pas beaucoup plus. Mais l’événement est majeur, soutenu par l’UE, la France, le ministère de la Jeunesse et des Sports, la mairie de Paris, et de gros partenaires privés. Vous pouvez retrouver un peu plus d’infos sur le blog de Sports and Marks.

Sortie de piste pour l’athlé français ?

2 octobre 2008

Gaz de France à annoncé la fin de son soutien au meeting d’athlétisme de Paris St-Denis, qui depuis 10 ans portait son nom. C’est une page importante qui se tourne, et surtout 40% du budget de l’épreuve qui disparait. De quoi peut-être mettre en péril son organisation, alors que c’est le plus grand événement athlé en France, et surtout le seul de classe mondiale.

Depuis le rapprochement Suez-Gaz de France, il semblerait que la politique de sponsoring soit en train de changer, au détriment de tout l’athlé français. Certes Gaz de France a annoncé vouloir rester partenaire de certaines « têtes d’affiche », mais n’apportera plus autant son soutien aux groupes d’entraînements. Au passage GDF annonce qu’il toutefois reste partenaire du tennis, de quoi faire grincer queques dents.

Dans le même temps, la Caisse d’Epargne, partenaire historique de la fédération d’athlé, annonce aussi que son partenariat ne sera pas renouvelé.

Ne reste plus que Lagardère, qui après avoir mis sur pied le « Lagardère Athlé Tour » n’a pas encore resigné pour 2009.

Manque de résultats, manque de visibilité, relations difficiles avec les sponsors ? De quoi faire réfléchir à la fédération française d’athlétisme…