Archive for avril 2008

N’importe quoi 2008

30 avril 2008

De bien belles initiatives que voilà : vous le savez tous, nos amis chinois organisent une grande fête cet été, appellée les Jeux Olympiques. Si l’événement est aussi festif que les préparatifs, ça promet…

Aujourd’hui, on célébrait là-bas les 100 jours avant l’ouverture des jeux. Pourquoi ? Je sais pas trop, mais en tout cas, on à droit à une jolie belle chanson. Tout le gratin show-biz chinois s’y est mis pour nous proposer « Beijing Huan Ying Ni » qui veut dire « Pekin te souhaite la bienvenue ». Je vous invite bien sûr à partager ce moment de joie en écoutant ce très beau morceau

Commentaire officiel de cette photo sur le site des JO : »Utilisation de notes de musique pour remercier le monde ».

Les autres belles initiatives du moment sont : une collecte de photos d’enfants souriants pour la cérémonie d’ouverture (?), l’armée chinoise plante des arbres en mongolie intérieure (re ?), l’opération « envoyez une carte postale souriante pour les volontaires »(re re ?), des professeurs étrangers enseignent l’anglais olympique à vélo(?+!), et puis toujours le « relais de l’Harmonie » qui parcours le monde…(no comment)

Et comme il faut bien terminer en beauté, je vous offre ci-dessous le fond d’écran des Fuwa, mascottes officielles :

Ah… c’est beau le sport… on se sent bien, non ?

« J’avais pas la combi ! »

28 avril 2008

La semaine passée se sont déroulés les Championnats de France de Natation, à Dunkerque. Tandis que certains « faisaient leurs gammes » en sortant des temps qualificatifs pour les Jeux Olympiques de cet été à Pékin, et même des records (Malia Metella, Amaury Leveaux, Frédéric Bousquet), d’autres occupaient l’espace médiatique de manière plutôt désordonnée.

En effet, Laure Manaudou a beaucoup fait parler d’elle, et surtout de son sponsor. La polémique a commencé à germer ces dernières semaines avec l’apparition de la nouvelle combinaison Speedo LZR Racer. Développée depuis plusieurs années par Speedo (et l’aide de la NASA !) la combinaison a déjà fait tomber 28 records du monde ! Avec ses coutures par ultrasons et ses matériaux high-tech, elle pourrait améliorer la flottaison, et surtout réduire la traînée.

Le problème, c’est que Laure Manaudou, depuis ses débuts de championne, est soutenu par Arena. Et que Arena est en retard au niveau R&D. Heureusement, Laure affirme dans la presse que la nouvelle combi Arena arrivera bientôt, et que même si les records tombent en Speedo, « je continuerai à nager en Arena. » (Magazine Sport du 18 avril) .

Mais les choses se compliquent : Laure rate une course, doute, pleure dans les tribunes… et revient nager. Mais cette fois avec une combinaison Tyr (sponsor de la Fédération Française), puis une autre fois avec la fameuse combinaison Speedo !
Voilà de quoi jeter un joli discrédit sur Arena, son sponsor et équipementier de toujours, qui la paye et l’équipe… pas vraiment classe… on à déjà vu des sportifs plus fidèles et loyaux. A moins que ce soit Arena qui ne gère pas vraiment bien son sponsoring. Ca fait désordre !

Enfin, avec ou sans la bonne combi, Laure Manaudou a quand même claqué des temps qui lui permettent d’assurer sa qualif aux JO. C’est bien là l’essentiel.

PS : pour ceux qui voudraient devenir recordmans du monde après avoir lu ce post, il faudra patienter juste quelques semaines : la super combinaison LZR Racer devrait arriver en vente libre, pour environ 450 euros…

L’événement sport de mon week-end : Paris-Roubaix

28 avril 2008

Alors que la période des « classiques » touche à sa fin avec une splendide victoire d’Alejandro Valverde à Liège-Bastogne-Liège, je vais revenir sur une autre grande course cycliste : il y a quelques jours, un week-end passé dans le nord m’a donné l’occasion d’aller voir Paris-Roubaix.

drapeau-flandresCette grande classique qu’on appelle l' »Enfer du Nord » mérite bien son nom, même si, contre toute attente, il faisait grand soleil. Postés dans un des derniers secteurs pavés, à Gruson, au milieu des drapeaux des Flandres, des camping-cars, et des campements de nos amis belges et hollandais, nous avons pris place en face d’un barbecue fumant, histoire de ramener un souvenir odorant dans le tgv du retour.

Excité comme un gosse qui attend le passage du Tour de France, j’attendais de pied ferme la caravane. Quelques voitures de directeurs sportifs, trois ou quatres annonceurs tout au plus, dont Ben & Jerry’s et Bouygues Telecom. Rien de très impressionnant en fait… La caravane est très courte, on sent que les budgets sont réservés au Tour de France. L’essentiel du sponsoring est fait par la visibilité télé et presse.

Tout près du fameux « carrefour de l’arbre », nous avons voulu vérifier la légende : celui qui sort en tête du carrefour arrivera en vainqueur au vélodrome. Après contrôle vidéo, c’est bien Fabio Cancellara qui passe le premier, mais c’est Tom Boonen qui l’emporte finalement. En tout cas, c’était un duel de géants sur les pavés cette année.

Mais le plus impressionnant se trouvait derrière : le peloton, ou ce qu’il en reste, par petits groupes. Des coureurs abimés, écorchés, sales, avec un regard qui hésitait entre « qu’est-ce que je fais là » et « ça va durer encore longtemps ? ».

Marketing décalé pour un constructeur auto

25 avril 2008

Jetez un œil sur les modèles étonnants de la marque Cin King, spécialement créés pour la ville : ici

Puis après avoir fait un petit tour du site, pensez à cliquer sur le rectangle jaune qui remue dans le coin en haut à droite…

Voilà un joli buzz de marque, organisé autour d’un faux site. Cela colle plutôt bien à l’image de la marque, toujours un peu impertinente, et surtout toujours tendance, presque 10 ans après son lancement.

Red Bull débarque en gaule

23 avril 2008

Avec son habillage graphique inchangé depuis le lancement en 1987, la canette bleue et argent est depuis quelques jours officiellement autorisée à la vente en France.

Red Bull est aussi l’un des acteurs les plus actifs dans le sponsoring : Red Bull F1 team, Torro Rosso F1 Team, Audi en DTM, Red Bull Air Race Series, Citroën en WRC, Toyota en Nascar, KTM en moto GP, Seat en WTCC, les X-fighters de supercross, KTM au Dakar, Mégavalanche en VTT, et tous les sports extrèmes…

C’est à dire une image en totale opposition avec la campagne de lancement en France, qui parodie la potion magique :

En sponsoring, la marque tire parti de ses codes graphiques très reconnaissables, appliqués systématiquement : un énorme taureau rouge poussant un rond jaune, le tout sur fond bleu marine.


Le symbole graphique est tellement fort que Red Bull peut même se permettre d’en jouer et de le détourner, comme sur la Torro Rosso de Sébastien Bourdais.

La magie du blog

23 avril 2008

Merci à tous : plein de visites sur mon blog tout neuf ! A peine trois journées d’existence et déjà plus de 200 curieux sont venus voir ce que je raconte… ça fait plaisir, ça motive à écrire régulièrement, et ça en dit long sur la force d’un blog et d’un réseau de blogers.

Que tous les indécis (de la webschool ou d’ailleurs), comme je l’étais il y a encore quelques jours, franchisent le pas !

Naming : tendance lourde pour les stades

22 avril 2008

Petite explication pour les néophytes : le « naming » consiste à accorder à un sponsor le nom d’un stade, de foot généralement. Pour une durée de 15 à 30 ans, le nom de l’annonceur est ainsi systématiquement cité lors de chaque événement se déroulant dans l’enceinte. Les premiers namings sont apparus il y a quelques années, avec le désormais célèbre Emirates Stadium d’Arsenal, ouvert en 2006 : « En contrepartie de ce contrat record de 147 millions d’euros (£100 millions), le stade devra porter le nom de la compagnie pendant au moins 15 ans, et la compagnie restera le sponsor-maillot du club jusqu’à en 2014 ». (Source Wikipedia)

Un autre stade au naming célébre est l’Allianz Arena, à Munich. La compagnie d’assurance à largement financée les travaux de construction, en échange de l’obtention du nom du stade.

En France, pas encore de stade officiellement « named », mais un projet devrait voir le jour en 2009, au Mans. En effet, le grand stade, actuellement en construction aux abord du circuit des 24 heures, portera le nom des « Mutuelles du Mans Assurances » et sera baptisé « MMArena« , pour 10 ans et (seulement) 10 millions d’euros.

En allemagne, la pratique est courante, et quasiment tous les stades de première division portent le nom d’une marque commerciale. Cette semaine c’est le stade de Stuttgart, champion en titre de la Bundesliga, qui a annoncé adopter l’appellation « Mercedes-Benz Arena« , pour 30 ans et 20 millions d’euros. C’est toujours mieux qu’un des anciens noms de ce stade, qui a porté à une époque sombre le nom de « Adolf-Hitler-Kampfbahn ».

Art Car

21 avril 2008

J’étais invité il y a quelques jours au Mans, pour assister à la présentation officielle du team Oreca Matmut, qui participe aux « Le Mans Series », et aux prochaines « 24 Heures du Mans ». La véritable surprise de cette soirée est venue de la voiture, très évoluée aérodynamiquement, mais surtout parée d’une robe inattendue.

Hugues de Chaunac, patron de l’équipe française, fait ainsi renaître la tradition des Art Cars. Sur une idée d’Hervé Poulain, grand amateur d’art et commissaire priseur spécialiste des ventes d’œuvres et d’automobiles anciennes, la lignée des Art Cars démarre en 1975. Alors pilote, Hervé Poulain demande à Alexandre Calder de décorer la voiture avec laquelle il va courir les 24 Heures du Mans.

Le projet fait sensation, et l’idée est ensuite décliné sur d’autres BMW. Andy Warhol (1979), Frank Stella (1976), Roy Lichtenstein (1977), Arman (1994), puis César (1995) font de voitures de course des œuvres d’art.

Alexander Calder

Roy Lichtenstein

Franck Stella

Séduisante ou pas, cette décoration d’inspiration Mondrian ne laisse en tout cas pas indifférent, et fait parler de la voiture, donc des sponsors… et c’est bien l’effet recherché !